mercredi 10 mars 2010

Le premier fait 8000km carre, le deuxieme mesure 6088m.


Salut a tous,
les chroniques d'une Amerique Latine deroutante continuent.
On paufine encore et toujours son espagnol,
on se delecte des fruits qui ont du gout (eh oui ca existe! et sans chimie...),
on rencontre autochtaunes et backpackers,
on essaye de comprendre L'Aymara, en vain,
on en prend toujours autant dans la tronche,
on ne sait plus trop comment vous en parler, +
alors on envoi toujours plus de photos.

J'avais promis un peu de Lac Titicaca, les photos qui suivent sont prises sur l'Isla Del Sol et Copacabana, sur la cote bolivienne du ce lac le plus grand d'amerique du sud et le plus haut du monde (pour cette envergure) qui borde egalement le Perou.

J'y ferai une cure de poisson, le tour de l'ile, balade en barque, musique sur la plage, seance d'admiration de pleine Lune sur le lac, toujours accompagnés de la petite bande habituelle (alemano-franco-belge) avant de nous separer, les uns vers le Perou, les autres vers La Paz, d'oú j'ecrit, oú j'attend impatiement une carte bleu qui n'arrive pas.

Lac Titicaca donc....illustration:

Ce qui raméne les truites des almuerzo/Surement des lomberes en titane.

Le capitaine du bateau pour l'Isla del Sol.

Sur le bateau...portrait.

...

Les chiens sur l'ile n'existe pas...mais des centaine de cochon s'occupe a manger les tentes clandestine, celle que je prete y passera aussi.

Depuis la barque.

Au sommet de l'ile, en face la cote peruvienne.

...cote Bolivienne.

Centre de l'ile.

...

Fin de tour de l'ile que nous finirons sous la pleine lune, maquillee par les nuages.

L'Isla del Sol. 2H de bateau depuis Copacabana.

Copacabana, estilo colonial.

Salut poulet!

bus du retour pour La Paz...


J'avoue ne pas etre eloquant sur ces dix jours au lac, mais les photos parle pour moi, c'etait beau et reposant.

Retour en capital, je me decide a faire enfin ce que je revais de faire depuis longtemps, je me l'etait promis pour mes 25ans: un 6000m, crampons, piolet, cordées.

El Huayna Potosi.
Comment raconter un truc qui m'en a extirpé des larmes de bonheur, comment expliquer le bien que fait de repousser les limites de son corps, comment raconter un levé de soleil au sommet et le paradis blanc de la redescente, celui qu'on fantasme, dicerne á peine lors de l'ascencion nocturne (oui! a la frontale).

je n'ai jamais vu quelque chose d'aussi grandiose, je m'effondre au sommet éreinté par 5h d'ascencion entre 5130m et 6088m et trop peu de sommeil (2h seulement, volée aux symptomes de l'altitude).

Vraiment difficile d'exprimer ce qu'on ressent au sommet, ca se passe dans les trips, l'arrivée sur la crete final, qui devoile un panorama inoubliable, me donne les force de faire les 50 derniers metres, les plus dures, les plus beau. La crete est aussi large qu'un trottoir en travaux, le vent sarcle le nez et les joux...mais putain, quel shoot!!!

Le virus de l'altitude ne me quittera pas apres cela...realisation d'un reve, naissance d'une passion...illustration:

Huayna Potosi, 6088m... L'aprehention monte.

Premier metres de cette nuit d'ascencion.

Le premier jour nous partons du campo baso a 13h (4700m) pour rallier le campo roca vers 16h (5130m) je demande a aller un peu plus vite mais mon guide tient a economiser mes forces pour cette nuit. Si j'avais su je me serais epargné cette reflexion stupide. Tout ca pour dire que la photo est prise depuis le campo Roca.

D'un coté...

...de l'autre.

Au loin on apercoit l'Illimani, un monstre qui surplombe La Paz du haut de ces 6460m environ.


5800m: Franz, mon guide, je tache de ne pas penser au fait qu'il n'a, lui non plus, pas dormit de la nuit. Derriere, Alex, guide d'Augusto avec qui je ferai l'ascencion...

...de nuit donc, une pause a 5500m, le sourire que j'arbore ne reviendra qu'au sommet. Etrange sensation que de manquer autant d'oxygene, d'etre fortement essoufler parceque deux pas trop vite dans la neige. On va chercher jusqu'au plus profond de soit meme, on pense a tout et rien pour oublier l'epuisement et puis enfin on y arrive...

Il est la, le sommet tant attendu, le reve tant convoité.

L'incontournable photo souvenir, les sourires crispés et les tetes de constipés sont surement lié á la fatigue et au vent glacé qui ne nous laissera qu'un quart d'heure de delection d'un couché de soleil masqué en partit par un orage lointain, dont on voit les eclaires...du dessus; mais egalement de la vue sur La Paz illuminée pareil a une gigantesque coulée de lave, et enfin du Lac Titicaca au loin accompagné du Sajama, au pied duquel j'était il y a trois semaines (voir derniere article que je vous ai laissé).

J'ai envi de m'envoler. Montée de larmes que j'ai du mal a maitriser, meme si mon orgeuil m'aide a les cacher.

Desole le vent le froid empeche de faire de belle photo. Au loin La Paz (Alto, banlieue de La Paz).

Ce qu'on surplombe du sommet.

Decouverte des derniers metres parcourus, a la redescente. Allez les gars vous etes plus tres loin, je tient a me la peter un peu et dire que nous partirons les derniers et arriverons les premiers. 5h d'ascencion pour 6-7 prevu pour les debutants ouuuuuuuuuh yeah!!!...Oui je suis fier de moi...oui je me la pete. Jaloux va!

Une idée du denivelé de la dernieres partie (aux alentours de 6000m).

Je prefere ne rien dire et vous laissé imaginer la magie du silence qui enveloppe cette endroit.

...

Pas loin du campo Roca, nous y rentrerons vers 9h du matin, tout s'est fait tres vite finalement... la fatigue rend les genoux douloureux.


Campo Roca, le sommet c'est fait, je vous en supplit donner moi un lit...Helas il reste encore 1h30 de redescente jusqu'au camp de base. On prend sur soi on chante en marchant, les yeux brulés pour la deuxieme fois depuis 4mois, on s'en fou on vient de faire un truc de dingue, on dort, ca passe.............on realise toujours pas.

Non, toujours pas.

Merci Sim, tu y est pour beaucoup.

Je vous embrasse tous. Une speciale pour Jeanne, derniere arrivée de cette floppée de bébé que bcp se sont decidés á faire ces deux dernieres années. Morgan et Mariette , FÉLICITATIONS!

Au plaisir de vous lire ou vous entendre. (Frane surveille ton telephone stp).

Une grosse biz remplit du bonheur accumulé depuis bientot 5 mois.

Mehdi

3 commentaires:

  1. Que dire...?
    Félicitations mon pote je suis content pour toi. Fier de te connaître aussi, toi et ta volonté. Tu peux te la péter.
    A bientôt de te lire.

    RépondreSupprimer
  2. Trooooop bien Mehdi! chapeau mec! ça fait vibrer!
    à bientôt :)

    RépondreSupprimer
  3. Félicitation mon Mehdi !! tu vas revenir avec une confiance en toi sans faille....attention les yeux !!
    Je t'embrasse, j'ai hâte de t'entendre et de te voir vieille fouine !
    Violette

    RépondreSupprimer